Dialogue

Publié le par Théia



Le chien qui aboie :
     - Qui m’entend dans ma solitude, la truffe collée au carreau ?

La femme qui pianote :
    - J’entends ton appel, ton envie de douceur qui frissonne sous la brume.

Le chien qui aboie :
    - Ma peau tressaille sous la blancheur, déjà ma vie décline et j’ai peur…

La femme qui pianote :
    - J’ai peur moi aussi, dans ma solitude emmurée.  Dehors, les cyprès bleuissent.

Le chien qui aboie :
    - Je crie, et la porte reste close. Seul je demeure , comme un timbre poste que l'on colle sur l’absence.

La femme qui pianote :
    - Tes mots fracassent mes oreilles, et celles de ton maître aussi.  Ils disent la vieillesse, et l’odeur d’un corps qui flétrit, ils disent : la fin est proche…, tes mots qui nous éclaboussent de vérité.  Tu es notre miroir.  Ces mots qui nous font mal aux yeux, nous n’en voulons pas.  Derrière la porte, les repoussons.

Le chien qui aboie :
    - Aux côtés de mon maître, j’ai passé ma vie.  Ses peines, les ai portées, ses joies, tant célébrées.  En tous lieux de sa vie, je fus fidèle compagnon.  Que sera-t-il au seuil de l’ultime voyage, quand silence plane en sa demeure ?  Une présence, une caresse, n’adoucissent-elles point le dernier soupir ?

La femme qui pianote:
   - Certes.  Tes mots sonnent vrai.  Entre donc, toi et tes misères.  De ta mort, peu à peu, nous accoutumerons, ainsi que de la nôtre, en cet automne qui affleure.




* D'après une idée de Impromptus littéraires.

Publié dans Fragments

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Vos textes sont beaux. Je reviendrais pour en apprendre ... amical bonjour de Haute Normandie. Lydie<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Merci Lydie.  J'ai eu plaisir à découvrir votre blog lors de l'autoportrait, l'art des bouquets de fleurs...<br /> Cordialement,<br /> <br /> <br />
D
<br /> C'est super beau rien que les yeux !<br /> bisous<br /> passe une bonne journée<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Chère Domie,<br /> Comme tes mots sentent bon le soleil en ce jour de froidure....<br /> Passe une bon week-end!<br /> Amitiés,<br /> <br /> <br />
V
<br /> Tu dis "d'après une idée", oui, mais l'idée de faire converser les deux solitaires est de toi !<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> En fait, je n'ai pas osé l'introduire sur Impromptus littéraires.  Je me sens encore rouillée au niveau de l'écriture....  Je n'aurais pas écrit cela, si je n'avais pas vu ce projet.<br /> Le chien lui était bien là! ;)<br /> <br /> <br />
V
<br /> Comme c'est beau ! J'adore "comme une timbre qu'on colle sur l'absence"... Mais il y a tant d'autres passages superbes.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Merci Martine pour tes encouragements.  Ils me sont précieux...<br /> <br /> <br />